Destinées à devenir "Moniales Bénédictines", elles arrivaient le 23 juin 1934 à Mont-Laurier. Elles ignoraient tout du merveilleux dessein de Dieu qui ferait d'elles - alors Adoratrices du Précieux-Sang - une nouvelle Communauté de Moniales Bénédictines pour le Canada.

«VOUS SEREZ D'AUTHENTIQUES BÉNÉDICTINES» leur écrira le Rme Père Théodore Nève, o.s.b., abbé à St-André-lez-Bruges, le 30 novembre 1949, en leur annonçant qu'un décret de Rome leur permettait d'embrasser la vie bénédictine.

Le décret était adressé à Mgr Eugène Limoges, celui-là même qui avait accueilli les fondatrices en 1934 et favorisé leur installation au "petit Monastère", à côté de sa Cathédrale, de même que leur intégration dans son diocèse.



Dom Nève

Le petit monastère en 1934













Mgr. Eugène Limoges
Depuis les débuts de la fondation, la population n'avait pas tardé à manifester la profondeur de sa foi en la prière. On venait tous les jours au "petit monastère" demander des prières, associant la Communauté aux plus grandes joies de la vie quotidienne comme à ses plus grandes inquiétudes. Les soeurs écoutaient, elles sympathisaient, elles priaient, transmettaient à Dieu les actions de grâces et les demandes de tous. Elles se souviennent de ces bonnes familles qui malgré de modestes moyens tenaient à faire une aumône qui permettrait de subsister. La générosité constante de tant de bons amis(es) permit enfin d'envisager la construction d'un plus vaste monastère car il y avait des vocations. Le petit local était si rempli que les dernières arrivées dormaient sur la galerie non fermée, non chauffée, hiver comme été. Dès le 6 janvier 1950, appelées à une nouvelle forme de vie contemplative, les moniales s'engageaient à vivre selon la Règle de Saint Benoît et faisaient profession entre les mains de leur évêque.
Quelques jours plus tard, deux d'entre elles s'embarquaient à destination de l'Abbaye de Maredret en Belgique pour y faire un noviciat de six mois et se former à la vie monastique selon la spiritualité de Saint Benoît.

«AVANT TOUT, AIMER LE SEIGNEUR DIEU DE TOUT SON COEUR, DE TOUTE SON ÂME, DE TOUTE SA FORCE» - «ENSUITE LE PROCHAIN COMME SOI-MÊME»

et: «NE RIEN PRÉFÉRER À L'AMOUR DU CHRIST.»
Vivre au monastère sous le regard de Dieu, «prêter l'oreille de son coeur» pour écouter sa Parole, garder son intelligence, son coeur, son imagination dans la docilité à l'Esprit-Saint.

...voilà l'idéal proposé par Saint Benoît dans sa Règle.

PRIÈRE
Toujours solidaires de leurs contemporains, les moniales présentent au Père, au Fils et à l'Esprit, la louange de toute l'humanité ainsi que sa supplication.

Sa prière, la moniale la prépare et la prolonge par l'étude et la méditation de la PAROLE DE DIEU
dans la Sainte Écriture...
«TA PAROLE ÉTAIT MON RAVISSEMENT ET LES DÉLICES DE MON COEUR»













Mise à jour le 5 Décembre 2005

© Tous droits réservés
Les Moniales Bénédictines 2004